42, l’enquête ultime : vie après la mort et fausses croyances


En finir avec les superstitions et les fausses croyances

Bienvenue à tous les « extraverti », à celles et ceux qui lèvent les yeux vers le ciel pour chercher des réponses à leurs questions existentielles…
L’ouvrage que je vous propose est à mi-chemin entre le roman et l’essai philosophique. Il aborde différents thèmes : l’expérience de mort imminente (NDE), les véritables enjeux de l’existence, la place du vivant dans l’univers, la question de notre présence sur terre. Pourquoi sommes-nous là ? Y a-t-il une vie après la mort ?

La question du néant

Dans cet ouvrage, un étrange diagramme qui n’avait jamais été découvert à ce jour vous fera entrevoir l’ultime vérité. Vous saurez enfin quel est votre rôle, sur cette terre… Ce livre a pour toile de fond un véritable projet de société pour les 100 000 années à venir.
Notamment en partant du postulat que le néant n’existe, pas mais bon… si vous n’y comprenez rien, c’est que vous traînez derrière vous votre queue de saurien.

La vérité ultime

Sachez que si le cadre de l’histoire est volontairement stéréotypé, façon cinéma hollywoodien, c’est pour qu’il puisse être lu par tout les publics, de 6 à 90 ans et pas seulement par une élite.
Ayant été maçon, je serai toujours plus proche de la base que des hautes sphères et c’est à tous ces gens qui en font partie que je dédie cet essai.
En résumé, je propose deux degrés de lecture et pour ceux qui savent lire entre les lignes, et bien j’ose espérer que ce sera LA révélation. Bon, il est encore pas arrivé celui-là. Pour les autres, j’ose espérer qu’ils auront passé un moment, la tête dans le cosmos.
Un indice tout de même avant de vous attaquer à ce petit pavé : l’ultime vérité peut être perçue en deux coups de crayon. C’est à la portée des plus petits comme des centenaires. Même sénile tu peux saisir ta chance. Rassures-toi, l’histoire, se termine bien même si c’est un peu hard au démarrage. Faut poser les bases pour espérer une vie après la mort …

Avertissement : ce livre est déconseillé aux personnes insensibles à cette réflexion : « Si le vivant a pu, à un moment donné s’inscrire à sur une échelle infini (espace), est-il par essence à infini lui-même ? » .

Acheter 42 l’enquête ultime ? Cliquez ici !

L’histoire : un pari stupide, être ou ne pas être… Dieu

Un pari sur l’existence de Dieu lancé par une personne qui n’y croit pas, c’est ce que escalierDavid Dekriptonios un jeune détective a accepté de relever malgré que Walter Desmond son patron s’y soit opposé.
Alexander Adams n’en a que faire, homme d’affaire richissime, il n’est pas à quelques centaines de milliers de dollars près pour financer une entreprise aussi perchée.
Il vient de perdre la personne qui compte le plus à ses yeux dans un attentat et il prend tout à coup conscience que les biens matériels qui d’ordinaire lui inoculaient un sentiment d’immortalité et un empire sur le vide ne le protégeraient pas de la mort.
Afin de remporter ce pari, David Dekriptonios mettrait en adéquation sciences et croyances.
En s’entourant de personnes spécialisées dans des domaines aussi variés que l’astronomie, la médecine, l’anthropologie ou bien la théologie, il parviendrait à percer le mystère de l’univers.
Seulement comment résoudre une équation aussi complexe au regard de la connaissance actuelle ? Tout simplement en allant chercher la réponse dans le futur. Au sein d’une époque où le phénomène de la mort aura été levé. 

Une vie après la mort

42 propose en toile de fond, une nouvelle approche de l’existence après une EMI (Expérience de Mort Imminente). Les enjeux personnels, la façon d’appréhender son existence au sein de la société se trouvent bouleversés.
Une porte s’est ouverte, elle ne pourra plus se refermer. Car un contact a été établi avec une forme d’intelligence infinie dont le siège se situe hors de l’espace et du temps.
42 vous démontrera par une opération de logique pure (petite exercice à effectuer avec un crayon et une feuille de papier), ou « ce point » se situe véritablement.
Aucun scientifique ou philosophe n’a avancé ni même proposé à ce jour, cette preuve indiscutable de la non existence du néant.. qu’un enfant aurait pu trouver. Percevoir l’existence ultime est à la portée de tout le monde. Il n’y a pas besoin de diplômes ni même de moyens financiers pour s’en approcher. A partir de cette découverte d’une vie après la mort, vous vous rendrez compte à quel point le monde marche sur la tête.      
À travers un point infinitésimalement petit et grand à la fois, des clés ont été données à ces expérienceurs, une fois revenus à la vie… seulement ils ne se souviennent plus de l’essentiel. Bien qu’ils aient su. Cet ouvrage est là pour leur rappeler toutes ces clés qu’ils avaient oublié

Approche des religions

Les religions, vaste question ! Scolarisé chez les dominicaines durant quelques années et bien que non baptisé, j’ai toujours eu cette sensation lors des messes d’être comme un corps étranger, notamment lorsque ces bons pêcheurs traversaient l’allée central pour prendre l’Ostie. Le corps du Christ, tous y avait droit sauf moi…  mais je m’en fichais ! Du haut de mes huit ans je trouvais qu’ils avaient l’air contri lorsqu’ils retournaient à leurs bancs. J’avais du mal à imaginer un Dieu apprécier tant d’austérité, à condition bien sur qu’il existe…
Je me sentais comme un immigré au sein de cette communauté. J’en avais conclu à l’époque qu’il me fallait moi aussi trouver ma voie, me forger une foi. Mais dans quel courant ? Les années passèrent, je découvris le Coran et la Torah seulement ces religions me procuraient le même malaise.

La notion d’interdit

Au lieu d’offrir l’épanouissement, elles posaient toutes sortes d’interdits. Se marier avec untel, manger ceci, ne pas faire cela.
Les religions étaient à mes yeux une grosse prise de tête, basée sur des supputations. Car personne à ce jour n’a pu prouver l’existence d’une puissance supérieure omnisciente.
Je pris donc le parti de me réfugier dans le sport, mon seul culte durant des années. Une tentative d’équilibre entre le corps et l’esprit.

Le Bouddhisme

La tendance s’inversa lorsque je découvris le Bouddhisme. Tout n’y était pas parfait mais davantage en adéquation avec cette notion de liberté à laquelle j’aspirais… et puis une piste : la réincarnation. Le maître-mot.
Car bien qu’incroyant, je ne penchais pas pour le néant absolu ou croire que certains seraient voués à vivre dans époques barbares lorsque d’autres à mon image pouvaient s’en mettre plein les mirettes avec des écrans plats full HD.
Si Dieu existait, il était forcément démocrate, ouvert d’esprit, pour le métissage et le juste partage des richesses.
Mais alors pourquoi avait t-il conçu ici-bas un monde aussi si bête ? Y avait-il un sens ultime à notre existence, quelle soit végétale, animale ou humaine ?
Le premier constat que je pu en tirer, c’est que nous vivions entre ciel et terre. Ce fut un premier indice. Je me servis ensuite des fondements du bouddhisme pour écrire 42, l’enquête ultime.