Adrien Rabiot : la blessure de l’orgueil


« Il s’auto-exclu lui-même… J’espère que cela lui permettra de mûrir. Je suis convaincu qu’il a fait une énorme erreur…», s’est exclamé Didier Deschamps à propos du refus de Rabiot d’être suppléant de sa liste des 23. Et le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux d’y aller de sa remontrance paternaliste :
« Je pense que, quand on a l’honneur d’être appelé à porter le maillot tricolore et à défendre les couleurs de son pays, on répond présent, quel que soit le poste proposé ».

Et la presse ainsi que d’anciens joueurs de l’équipe de France de lui envoyer une volée de bois vert. Un véritable lynchage en place de Grève. Rabiot mérite l’échafaud pour haute trahison… 

Petite parenthèse ! En quoi la décision d’Adrien Rabiot regarde-t-elle le gouvernement ? N’a-t-il pas d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la décision d’un joueur de football ?Rabiot, le lion blessé
Ah oui !.. Sans doute dans le but de tirer la couverture à soi afin de récolter quelques points d’avis favorables sur l’action gouvernementale, si les français réalisaient un bon parcours en Coupe du monde.
Que le gouvernement s’attache plutôt à défendre le drapeau tricolore en matière d’insécurité et de chômage. C’est peut-être facile et démagogique, mais c’est la réalité.

Revenons à cette affaire. Comment un sélectionneur peut-il se passer d’un joueur comme Rabiot qui a fait une saison remarquable au PSG en tant que titulaire indiscutable et qui plus est, dans l’un des clubs les plus forts d’Europe ? Un joueur qui a eu le caractère suffisant pour s’imposer aux côtés de Ibrahimovic ou de Neymar ? Qui possède l’expérience de plus de 200 matchs au plus haut niveau à seulement 23 ans.

Personnellement j’en avais même fait un homme de base de cette liste des 23. Parce que Rabiot est un joueur de caractère et que l’on a besoin de leader dans une groupe France un peu trop mou au niveau de la latéralité du cerveau.

Malgré ce trait psychologique qui dénote une forte tête, Rabiot est décrit pas ses partenaires comme un gentil garçon et un bon camarade. Il n’y avait donc pas lieu à s’inquiéter.

Cette décision de lui préférer Steven Nzonzi du FC Séville, un club 7eme au classement de la Liga espagnol a été perçu par le joueur comme une véritable injustice autant qu’une mise à mort de sa carrière en équipe de France.

Il n’y a aucune raison que l’un des meilleurs joueurs du PSG cette saison ne le soit pas également en équipe de France. Cela est révélateur d’une situation qui va au delà du joueur lui-même et il en incombe en premier lieu à Didier Deschamps et à son staff.

N’oublions pas ce match pitoyable contre la Colombie où l’on avait l’impression que les joueurs se cherchaient sur le terrain. Un constat inquiétant à 3 mois à peine du début de la Coupe du monde. Un Griezmann ou un Varane pourtant si bons dans leurs clubs respectifs étaient aux abonnés absents. Une équipe sans envie et sans philosophie de jeu.

Avec Didier Deschamps, le problème de ces joueurs bons en club et mauvais en sélection semble être un problème récurent.

Je veux bien que Rabiot ait tord sur certains points seulement cette crise donne l’impression d’un manque de communication entre le staff de l’équipe de France et le joueur.

Résultat : l’effet d’amplification chez un jeune à l’égo déjà bien calibré aura mener à son suicide quant à sa présence en équipe de France. Ne dit-on pas qu’il faut toujours se méfier de la réaction d’un lion blessé ? 

Maintenant Deschamps n’a plus qu’une alternative, faire mentir le parisien et gagner la Coupe du monde. Nous verrons si ce groupe a le caractère suffisant pour aller au bout. Sans des profils comme Rabiot, j’en doute fortement. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.