Redoine Faïd : Béatrice Dalle ou le piège de mal vieillir

Une ado attardée sur un corps de vieille aigrie qui se réjouit de l’évasion d’un criminel condamné pour son implication dans l’assassinat d’une policière municipale de 26 ans, Aurélie Fouquet.

Béatrice dalle se pose en vedette d’un film qui n’existe pas et dans lequel elle jouerait le rôle de Bonnie, la femme de Clyde. Phantasme, quand tu nous tiens.

Son message, publié sur Instagram :

Qui êtes-vous, au fond, Dalle ? Une femme qui s’enorgueillit d’avoir comme référence celui qu’elle considère comme son double. Joey starr. Un type prompte a frapper une hôtesse de l’air ou un journaliste d’un coup de bague.

Une Dalle qui prend la poudre d’escampette par les égouts devant la critique, incapable d’assumer ses propos comme le ferait un vrai truand… que de la gueule, rien derrière.

Alors oui, Dalle, vous n’avez en effet pas les mêmes références que bon nombre de français sur le terme « lascar ». Un truand digne de ce nom ne tue jamais un flic ou ne s’en prend aux plus faibles.

La devise du « vrai de vrai », à la Lino Ventura pour rester dans le cinéma c’est : « Le linge sale se lave en famille ».

C’est le code d’honneur du vrai marlou salué par la « crim’, même s’ils ne sont pas du même bord.

Il est le contraire de ce que vous êtes parce que s’il avait eu la chance d’avoir votre vie de people pailletée et grassement payée, jamais il n’aurait tiré quelques bijoux superflus dans une boutique… lorsque d’autres volent de la nourriture pour pouvoir manger.

Chez les truands, il y a la première division, c’est propre et sans bavure et ceux de la zone que vous admirez tant.

Non, Dalle, toute la France ne se réjouit pas de l’évasion de Redoine Faïd. Elle est plutôt admirative des profils à la Spaggiari qui avait réalisé le casse de Nice « sans armes ni violence », ou de Nadine Vaujour, cette femme que vous avez incarné au cinéma et qui prit des leçons de pilotage d’hélicoptère pour aller extraire son homme incarcéré à la prison de la Santé.

Des actes que vous seriez bien incapable de réaliser hormis celui de vous inscrire à un parloir pour fantasmer votre vie.

On ne retiendra de votre personne qu’un navet superficiel, vulgaire et cousu de fils blancs. 37°2 le matin. Comment peut-on se réjouir indirectement de la mort d’une jeune maman, lâchement criblée de balles par des moins que rien ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.