Clint Eastwood : un grand acteur et un immense réalisateur


Ses débuts cinématographiques

Clint Eastwood est né le 31 mai 1930 à San Francisco, en Californie.
Durant les premières années de sa vie, Eastwood mène une vie nomade avec sa famille qu’il suit un peu partout, au gré du travail qui se présente çà et là. Elle coïncide peu ou prou avec la crise économique des années 30 qui frappa les États-Unis. Durant cette période il connaîtra près de 10 établissements scolaires différents.

Il fera son service militaire comme nageur instructeur et il partira ensuite à Los Angeles pour faire toutes sortes de petits boulots. un emploi subalterne dans l’administration et il se retrouve même à creuser des fondations pour la construction de piscines comme ouvrier.

C’est à cette époque qu’il obtient la possibilité de faire un essai chez Universal qui lui offrira un contrat de 75 dollars par semaine pour jouer dans des petits rôles. En parallèle et afin d’améliorer son jeu d’acteur, il entreprend une formation à l’Universal Talent School.

Clint Eastwood : taiseux, mais avec un regard qui en dit longClint Eastwood

Acteur génial autant que réalisateur de grand talent, c’est également un passionné de jazz. Sa carrière s’étend sur près de cinq décennies.

Il a fait ses débuts à la télévision, dans la série western « Rawhide » (1959- 1966).
Figure emblématique du western dit « spaghetti, » Il fut véritablement lancé par Sergio Leone, dans un film devenu culte : Pour une poignée de Dollars (A Fistful of Dollars) en 1964. Puis il enchaîna avec Pour quelques Dollars de plus (For a Few Dollars More) en 1965, et Le bon, la brute et le truand (The Good, the Bad, and the Ugly) en 1966.

Il campe souvent dans le rôle d’un chasseur de prime taiseux, un brin stoïque, quelque peu autosuffisant, arpentant le mince fil de la frontière mexicaine. C’est ça Eastwood. De grandes jambes sur un corps sec. Un regard affûté et à l’affût, prêt à dégainer sur la moindre mouche du désert qui passerait dans son champ de vision pour l’écraser du talon.  Cigare au lèvre.

Il collabore ensuite avec Don Siegel dans Coogan (1968), Deux mules pour sœur Sara (Two Mules for Sister Sara) en 1970 et Dirty Harry en 1971.
La période Harry, une saga composée de 4 films est sans doute la moins intéressante. Il joue le rôle de Callahan, un inspecteur taciturne dénué d’émotion, sulfatant les méchants qui se mettent en travers de sa route. Une violence gratuite et excessive, dans des scénarios stéréoptypés et bien trop prévisibles.

Callahan, le dur à cuir refusant toute autorité institutionnelle, choisissant, dans un monde sans moral, de se faire justice lui-même. Un inspecteur à la fois contestataire vis-à-vis de sa hiérarchie et réactionnaire dans son rapport à l’autre.

Après cette longue parenthèse cinématographique, Clint Eastwood repasse à ses premiers amours avec les deux excellents westerns : The Outlaw Josey Wales (1976) et Pale Rider (1985).

Il se diversifie ensuite en s’essayant à la comédie avec Doux, Dur et Dingue (Every Which Way But Loose, 1978) puis quelques années plus tard avec le cinéma romantique :   Sur la route de Madison (1995. The Bridges of Madison County).

Films incontournables ayant marqué sa carrière

Dans les années 70, il joue dans  Thunderbolt et Le canardeur (Lightfoot) qui marqua les débuts de Michael Cimino, réalisateur du chef-d’œuvre Voyage au bout de l’enfer (The Deer Hunter).
1976 : Josey Wales hors-la-loi (The Outlaw Josey Wales), film qu’il dirige et qui signe les débuts de Sondra Locke.
1978 : L’évadé d’Alcatraz (Escape d’Alcatraz) de Donald Siegel.
1980 : Bronco Billy, réalisé par Eastwood lui-même. Si le film reçu d’excellentes critiques, il n’eut que peu de succès en salle.
1985 : Pal rider, une sorte d’hommage à Sergio Leone.
1989 : Straight, No Chaser. Un magnifique documentaire sur le pianiste de Thelonius Monk.
1995 : Sur la route de Madison (The Bridges of Madison County)

Reconnaissance internationale

Il obtiendra véritablement la reconnaissance de ses pairs en tant que producteur et réalisateur pour le film Bird (1988) qui raconte la vie du musicien de jazz Charlie Parker.

France : en 1985, il est fait Chevalier des Arts et des Lettres.
1992 : il remporte à la fois l’Oscar du meilleur acteur et du meilleur réalisateur pour le film Impitoyable (Unforgiven).

Vie privée

Clint Eastwood a eu deux enfants avec sa première femme Maggie Johnson, qu’il épousa en 1953. Ils divorceront en 1984. Il a vécu également 10 ans avec Sandra Locke qui apparaît dans plusieurs de ses films.

Il a souvent été invité par ses amis à se présenter à diverses élections, mais il a toujours refusé. Hormis un mandat de 2 ans comme maire dans la ville de Carmel où il vit actuellement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *