Liste des 23 de Didier Deschamps : notre équipe-type


Une sélection homogène malgré les absences regrettables de Bouna Sarr et de Adrien Rabiot. Analyse !

J’ai un gros regret pour Bouna Sarr et Adrien Rabiot car je trouvais qu’ils avaient leur place dans cette liste des 23. Maintenant, comme pour tout rassemblement, il va de soit que des réservistes seront appelés pour faire face à des blessures de dernière minute. Le parisien en fera-t-il parti ?

Au final ne soyons pas mauvaise langue, cette sélection me semble homogène et je suis particulièrement content de voir Florient Thauvin y figurer. Vous verrez, il fera un grand mondial !

Ce joueur à une classe naturelle indiscutable doublée d’une belle technique et d’une grande intelligence de jeu. Je trouve que les médias ont tout faux à son sujet en doutant de sa capacité à élever son niveau de jeu face aux grosses équipes. Pointant notamment du doigt son match contre l’Atlético de Madrid. Un gars qui fait 60 matchs dans une saison à forcément un coup de moins bien à un moment ou à un autre.

Bien que je sois triste pour Dimitri Payet, la présence de Nabil Fekir est une très bonne chose pour l’équipe de France.

Voici mon équipe-type pour le mondial. Je jouerais sur le potentiel offensif du groupe tout en m’inspirant de ce que fut le carré magique incarné par Platini, Giresse, Tigana et Fernandez dans les années 80.

Est-ce que Deschamps aura le courage d’aller au bout de ses idées, lui le gestionnaire dans l’âme, instinctivement porté sur la façon de bien défendre plutôt que de trouver des solutions offensives ? C’est bien entendu sur ce dilemme philosophique que ce mondial se gagnera ou pas.

Mon carré magique en Russie passerait par une animation en 4 – 4 – 2 avec  Thauvin – Kanté – Griezmann – Lemar au milieu et une pointe constituée de Fekir et N Bappé. Ce qui nous donne ce onze idéal :

Areola

Pavard – Varane – Umtiti – Lucas Hernandez

Ngolo Kanté

Thauvin –  Griezmann – Lemar

Fekir – M Bappé

Et pour terminer un très beau documentaire sur l’épopée de L’OM sous l’ère Bernard Tapie. Que l’on aime ou pas le personnage, force est de constater qu’il avait un flair incontestable pour le ballon rond. Une belle séquence émotion !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.