Macron… s’il avait raison ?


Je ne puis que saluer la belle victoire d’Emmanuel Macron, parti de nul part, arrivé à l’Élysée, à 39 ans. Le fils prodigue… Un destin.
Au passage, il met en PLS (position latérale de sécurité) tous ces politiques qui, bave sur le tire-jus, se rêvaient aussi dans la place. À l’âge de la retraite.
Les Français ont choisi un jeune, tant mieux. Que le roi vive. Place aux nouvelles générations. Un bon coup de savate dans ce panier de crabes qui commençait à nous en pincer, ça fait du bien.
Au Louvre, il ne manquait plus qu’un cierge en mémoire des vieux partis. Renvoyés, au Père-Lachaise, les fossiles incrustés dans leurs zones de confort. Les lignes bougent, l’histoire s’écrira-t-elle différemment ?
Je serais fair-play, beau joueur, bon public, le peuple en a décidé ainsi, c’est le jeu de la démocratie. Souhaitons bon vent à Macron. Après Fillon, Mélenchon, et Hamon, le dernier des … On.
Je ne renierais point mes positions et mes billets précédents. J’espère sincèrement m’être trompé. Il n’y a aucune honte à broyer du noir puis être touché par la grâce. Entrevoir l’éclaircie au loin. Une lune de miel sur de joyeux horizons. Faut-il y croire ? Ah l’amoureux éperdu ! Doux rêveur…
Pour que cette élection soit en accord avec ce que voulaient les français, la République en marche doit obtenir la majorité absolue aux législatives. Notre jeune président doit pouvoir aller au bout de ses idées, conduire sa politique sans anicroches pour les 5 ans à venir. Je souhaite à Macron de réussir dans son entreprise.
Bon allez, redescendons sur terre. L’état de grâce en politique, c’est comme une scène de bande dessinée avec un écureuil. Suspendu dans le vide, il déguste tranquillement son gland puis, se rendant compte de sa situation, chute subitement pour se retrouver 200 mètres plus bas…. avec une toute petite bosse sur la tête.
En politique, comme dans les dessins animés, peut importe la chute, on retombe toujours sur ses pieds. C’est le principe des vases communicants.
L’emplâtrage jusqu’au cou, l’aiguille à tricoter pour se grattouiller un mollet inatteignable, c’est pour les autres qui n’en sont pas. Gare aux contorsions. J’attendrai par conséquent le premier conseil des ministres pour prendre la température, mais je ne me fais guère d’illusions.
Les extrêmes progresseront et se réuniront un jour en un seul front. Le chômage augmentera inexorablement.
Parce que foncièrement asociale, cette Europe au pouvoir hyper centralisé sera de plus en plus hégémonique. Elle imposera à tous, la dictature du chiffre.
En témoigne l’ascension fulgurante d’un jeune ex-banquier. À l’image d’un trade gagnant de 300 pips en scalping.
Une opportunité de gains sur le dos d’un quart-monde qui se dessine. L’Europe est devenu totalement dingue. Le terrain de jeu des opportunistes et des beaux parleurs. À moins que… Manu, à toi maintenant de nous prouver le contraire sinon… Tchao !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *