Le gingembre : une action sur la digestion


(Zingiber officinal Roscoe). Famille des Zingiberaceae

Gingembre : une consommation mondiale

Originaire, d’Inde et de Malaisie, le gingembre est une grande plante herbacée vivace, haute de 1,50 m, à rhizome noueux et charnu portant de minces tiges sur lesquelles s’insèrent des feuilles alternes linéaires, lancéolées, et des tiges plus trapues portant des inflorescences jaunâtres à lèvres pourpres, groupées en épis.

Elle est aujourd’hui cultivée partout à travers le monde, essentiellement dans les régions tropicales. Le gingembre avait autrefois la réputation d’être un stimulant sexuel, il était également recommandé contre les maux dentaires.

Il appartient à la même famille de plantes que le curcuma et la cardamome. Le gingembre tire son origine du mot sanskrit « hornroot ».

ApparenceGingembre en poudre

Il possède des feuilles minces de 15 à 30 cm de long. C’est sa racine de couleur beige qui est utilisée en médecine. Gustativement, La racine possède un goût acre et légèrement piquant.

Ce sont les principes piquants dont le gingérol qui ont les vertus thérapeutiques les plus puissantes car ils inhibent la formation des prostaglandines et des leucotriènes.

Ses atouts santé

Il est traditionnellement utilisé depuis des centaines d’années pour faciliter la digestion.
Dans la Grèce antique, il était enveloppé dans du pain et consommé pour faciliter la digestion après le dîner. Cette pratique donna naissance au pain d’épice.

En Angleterre, le gingembre était mélangé à la bière afin d’apaiser les maux d’estomac.

Dans les années 1800, la poudre de gingembre était mélangée avec le thé afin de combattre les indigestions, les gaz et les nausées.
En 1999, une étude (Allemagne) portant sur 12 patients volontaires ayant pris chacun, 100 mg d’extraits de gingembre deux fois par jour démontra une augmentation de l’activité digestive au niveau de l’estomac et du duodénum.

Les Japonais quant à eux utilisent le gingembre en prévention de poissons qui ne seraient pas totalement frais, notamment lorsqu’ils consomment des sushis.

Le gingembre a la capacité de combattre les mauvaises bactéries intestinales tout en préservant les bonnes bactéries. Par ailleurs, il participe à la croissance de lactobacillus dans les intestins.

Le gingembre est un antibactérien, protecteur de l’estomac. C’est également un anti-inflammatoire qui a la capacité de réduire les douleurs de la hanche et du genou chez certaines personnes atteintes d’arthrose.

Le gingembre en résumé

  • Il protège la muqueuse gastrique des effets néfastes de l’alcool. Il fait décroitre les taux de phospholipides et d’acides gras dans le sang, les taux de cholestérol et de triglycérides sanguins.
  • Il est conseillé en cas de troubles digestifs : gastrite, coliques, gaz intestinaux, nausées, vomissements.
  • La Commission E allemande reconnaît non seulement son usage pour les troubles digestifs, mais également pour prévenir les nausées liées au mal des transports.
  • L’OMS approuve son utilisation pour prévenir les nausées et les vomissements lors de la grossesse.

    Gingembre frais

Partie utilisée

Le rhizome. Il peut être récolté dès que les parties aériennes sont flétries, soit 6 mois environs après avoir été planté.

Principaux constituants

Riche en amidon (50 %), il contient aussi des protéines, des lipides (10 %), une résine et 1 à 2,5 % d’huile essentielle puissamment aromatique poivrée et de saveur chaude et piquante.
Il contient surtout des sesquiterpènes (40 à 70 %), mais aussi des terpènes, des alcools, des aldéhydes…
Sa saveur piquante caractéristique est due aux gingérols. L’huile essentielle varie dans sa composition selon les lieux géographiques de sa culture.

Nom(s) commun(s)
Gingembre, épice blanche.
Nom(s) anglais
Ginger.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *