L’alcoolisme est une maladie et non une tare !


Christophe, un ancien buveur nous offre son témoignage sur l’alcoolisme…

Extraverti : peux-tu nous parler de ton expérience ?

Christophe : le problème pour un buveur, c’est de se reconnaître alcoolique ou pas. Pour moi, ce fut très difficile, car je ne me mettais pas « sur le toit » tous les jours. J’avais une consommation cyclique.
Pour la faire courte, il y a des gros buveurs qui ne sont pas forcément des alcooliques et des buveurs occasionnels qui le sont. Tout dépend de la manière dont on boit. Certains peuvent boire régulièrement et raisonnablement, d’autres 1 fois tous les 36 du mois et systématiquement, jusqu’à l’ivresse. Ce fut mon cas.

Extraverti : depuis que tu n’es plus alcoolique comment est ton existence aujourd’hui ?Ivresse

Christophe (rire) : plus alcoolique ? Saches que je le serais toute ma vie. L’alcoolisme est une maladie et si je devais l’illustrer, je prendrai l’image du diabétique avec son insuline. Mon remède à moi, c’est de ne jamais boire la moindre goutte d’alcool. J’ai même supprimé le vinaigre de mon alimentation. Comme le diabète, l’alcoolisme est une sorte de fatalité !

Extraverti : comment ça une fatalité ?

Christophe : j’ai maintenant 23 ans d’abstinence mais je sais que si je repicole, je me retrouverai dans la même situation qu’il y a 23 ans… en pire. Car l’alcoolisme est une maladie qui fait son chemin…

Extraverti : en es-tu certain ?

Christophe : je suis membre des AA, une association d’anciens buveurs. J’y ai connu des personnes qui avaient rechuté après des années d’abstinentes. Ça a été un enfer pour elle de « raccrocher le wagon… ».

Extraverti : existe-t-il des remèdes contre l’alcoolisme ?

Christophe : certains avancent le Baclofène mais on n’a pas encore assez de recul par rapport à ce médicament, notamment en ce qui concerne les effets secondaires.
La meilleure solution consiste à se reconnaître alcoolique ou pas. Il ne faut pas se voiler la face,
l’alcoolisme est une maladie à prétextes !

Extraverti : peux-tu développer ce dernier point ?

Christophe : on picole à cause de la pluie, de ses problèmes conjugaux, pour arroser un anniversaire ou un enterrement. Tout est bon pour se mettre « une bordée ». Nous ne sommes pas tous égaux devant l’alcool. Pour moi ce fut une drogue dure à l’image de l’héroïne ou la cocaïne.

Extraverti : quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut s’en sortir ?

Christophe : un alcoolique fini par se retrouver seul car il a fait le vide autour de lui, mais il faut qu’il sache qu’il peut se faire aider.
Pour mon ce fut avec les Alcooliques Anonymes car j’estime que seul un alcoolique peut réellement comprendre un autre alcoolique. D’autres préfèrent passer par des structures médicales ou entreprendre une psychothérapie. A chacun sa méthode en fonction de sa personnalité et de sa sensibilité.
Si vous connaissez un alcoolique dans votre entourage, n’hésitez pas à l’informer sur l’existence d’associations d’anciens buveurs ou bien lui suggérer un sevrage dans un service spécialisé en alcoologie.

Extraverti : as-tu des conseils pratiques à prodiguer à un alcoolique ?

Christophe : voici des petites astuces à mettre en pratique au quotidien :
1) sachez que boire beaucoup d’eau diminue l’envie d’alcool. Bien boire est bénéfique pour la santé. 
2) Lors du sevrage, il faut rester modeste ! Commencez par vous dire « Je ne bois pas pour 24 heures » plutôt que d’affirmer que vous ne boirez plus le restant de votre vie. 1 jour à la fois suffit sa peine….

L’alcoolisme en résumé :

  • Il serait la cause directe ou indirecte de près de 45 000 décès par an, en France.

Le desmodium : une plante protectrice du foie !

(Desmodium adcendens) Famille des fabacées

Le desmodium est une plante herbacée originaire d’Afrique équatoriale et d’Amérique latine. Présente sur les étals des marchés africains, elle y est achetée comme denrée alimentaire.
Le desmodium est traditionnellement utilisé en phytothérapie comme protecteur du foie, notamment en cas d’intoxication hépatique d’origine alcoolique ou médicamenteuse… La médecine traditionnelle africaine et amérindienne utilise le desmodium pour ses effets antiallergiques et hépatoprotecteurs.

Parties utilisées
Les feuilles et les tiges

Principaux constituants connus
Parties aériennes : composés stéroliques, flavonoïdes, saponines, anthocyanes…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *