Le trading facile ou l’illusion des courtiers


Le trading en ligne à la portée de tous ! C’est ainsi que les soit disant « meilleurs courtiers » vous vendent leurs solutions spéculatives à effet de levier, essayant de vous persuader que vos économies méritent mieux qu’un livret A  à 0.75 % de rendement par an.

Débuter avec un compte démo

La réclame est alléchante et c’est ainsi que bon nombre tente l’aventure en débutant avec un compte démo. Question de tester le brooker,  sa plateforme (ex Metatrader), une stratégie de trading et au passage… couler quelques comptes à 100 000 boules.Plateforme Metatrader
Heureusement, ce n’était que de la démo… Traumatisé par les pertes subies et bien que ce soit en argent fictif, l’étape suivante consiste à glaner des infos en analyse technique et en analyse fondamentale ainsi que de se doter des meilleurs indicateurs.

La stratégie gagnante

Apparaît alors sur votre écran 22 pouces toutes sortes de gourous qui vous expliquent LA SOLUTION pour faire partis des 2% des traders gagnants. Grâce à une stratégie révolutionnaire ou à un indicateur miraculeux. PDF gratuits à télécharger en prime !
Entre-temps, le courtier qui a vous a vu venir avec votre compte démo vous rappelle avec un numéro à rallonge, « allo ici Londres »,  pour vous inciter à ouvrir un compte réel. Il vous parle de la sécurité de vos fonds, d’une formation gratuite ainsi que de l’assistance d’un conseiller de compte qui vous guidera dans votre apprentissage, vous assurant que votre dépôt ne partira pas à la benne.

Brokers agrées

Tout cela est louable bien entendu, les brokers agrées (Banque de France, etc.) ne sont pas des escrocs et c’est de bonne guerre de vous vouloir vous inviter sur leur terrain de jeu, seulement… le trading  ne s’apprend pas en un mois ni même 2 ans.
La raison ?  Un cours de  bourse c’est comme la navigation, on ne se lance pas dans un tour du monde à surfer les vagues si l’on ne connaît rien de la mer ni de son voilier (et les réparations qui vont avec).

Le trading : des années d’apprentissage

Il faut des années de pratique pour dompter les creux et sommets d’un graphique boursier. Cela passe par des heures et des heures d’observation. De la même façon qu’un marin scrute la mer. À force de la voir tous les jours, il la sent. Il la ressent. Il distingue les bonnes vagues des mauvaises et il sait comment les appréhender.

Connaître sa psychologie

Il doit également disposer de bons outils et avoir de solides connaissances en « météo », c’est-à-dire être en capacité d’interpréter les news et le calendrier économique… Mais ce n’est pas tout ! Il doit également tout connaître de ses propres ressorts psychologiques face au marché.
Voyez-vous, ce n’est pas une mince affaire et c’est bien entendu ce dernier point qui est le plus sensible pour la majorité des traders.
On appelle ça le biais psychologique ou la façon dont de se positionner psychologiquement  par rapport à une position ouverte.
Dans le cas d’une position perdante, le trader en herbe aura tendance à repousser son stop loss, espérant une inversion à la hausse et si par bonheur il la clôture avec un minimum de pertes, dans la foulée ils en ouvrira une autre avec beaucoup plus de levier pour se refaire… C’est le reflex du joueur de casino ou comment péter un câble en moins de 2. Une erreur fatale liée à l’appât du gain.
C’est un scénario que l’on retrouve très souvent en scalping et il est sans pitié pour les débutants.  

La suite plus tard avec ma stratégie de trading…

 * Je vous conseille l’excellent  film d’Agnès Varda : Les Glaneurs et la glaneuse, c’est un peu la même chose pour les traders en herbe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *