Old School Rap (1974-1986)


Naissance d’un phénomène

À l’origine, le Old School Rap fut créé par des disc jokeys (DJs) et par des animateurs de spectacles (MC ou Master of Ceremonies) qui se servaient notamment de leur microphone.
DJ Kool Herc fut l’un d’eux. Il avait conçu un système de son facilement transportable, composé de tourne-disques pour se produire en plein air ou lors de fêtes dans des clubs.

Il avait remarqué que les adeptes de la Break-Dance (né dans les années 70), les b-boys et b-girls appréciaient ce mélange de sons généré par deux platines et qui développaient une rythmique originale. C’est ainsi que le breakbeat est né, il deviendra la structure musicale de nombreux groupes.

Les pionniers furent DJ Grandmaster Flash, Jazzy Jeff et Grand Wizard Theodore. Ils inventèrent une façon de transformer leurs platines en instruments grâce à toutes sortes d’artifices : fusion des sons à partir de deux platines, création de rythmiques en faisant du scratching (technique « avant-arrière » sur un vinyle), mélanger dans des enregistrements, des sons de batterie avec une multitude d’effets.The Last Poets
Un très bon exemple de ce qui pouvait être fait aux platines : le morceau On the Wheels of Steel de Grandmaster Flash.

On peut également citer Afrika Bambaataa, l’un des groupes incontournables de la culture Hip-Hop.Au début, les MC (animateurs) s’exprimaient à la façon des DJ jamaïcains, en scandant les noms de leurs amis ou bien en vantant la supériorité de leur son ou encore leurs exploits aux platines. C’est ainsi que le rap est né.

  • Incroyable morceau qui date de 1976 Funky 4+1 / That’s The Joint

Les racines du rap

Toutes ces techniques sont devenues les éléments centraux de l’affirmation progressive du rap et du hip-hop. Elles ont puisé leur inspiration au plus profond de la culture afro-américaine. Une façon de la revendiquer, de la scander verbalement à la façon de l’aphorisme de Mohamed ali : vole comme le papillon, pique comme l’abeille.

Le rap était une façon d’exprimer les maux liés à l’urbanité : la pauvreté, la criminalité, la drogue et le racisme. Grandmaster Melle Mel fut l’un de ceux à exprimer toutes les fractures liées au ghetto (1982).

Le rap à ses débuts instaurait une forme de dialogue basée sur des aller-retour, des questions-réponses. Le Rap s’inspirant largement du blues mais également du maître de la soul-funk de l’époque, James Brown. Tant pour sa prose que pour ses rythmiques endiablées. Il y a aussi l’incontournable groupe Les Last poets, désigné par beaucoup comme les pères spirituels du rap.

  • Les premiers MC à explorer les ressorts de la rime avec le breakbeat furent sans doute Grandmaster Caz et DJ Hollywood. une technique de vocalise appelé « flow ».

À écouter ! Grandmaster Caz (Dillon Cooper) – Mr. Bill

Zoom : le flow « old school » est notablement plus régulier et moins syncopé que les styles actuels.

Groupes Hip-Hop incontournables

Au début des années 80, le rap commence à trouver un écho auprès du grand public. C’est l’époque du succès de Sugar Hill Gang’s Rapper’s Delight, promu par un tout petit label indépendant et qui donna ses lettres de noblesse au rap. Sans oublier The Breaks de MC Kurtis Blow.

Le rap fut ensuite promu commercialement par Russell Simmons qui organisa des tournées gigantesques avec les artistes majeurs de l’époque : L.L. Cool J, Slick Rick et Foxy Brown.

Des films importants à l’époque firent connaître le rap hors des frontières US :
Wild Style, Beat Street et Style Wars.

Années 85 – 90 : direction in groove

Des clips de rap ont commencé à être diffusé un peu partout, les labels indépendants se sont multipliés.
En 1986, la culture hip-hop baigne dans une forme de plénitude, les variations stylistiques se multiplient autour de groupe tels que Salt-N-Pepa, l’un des premier groupe rap féminin ou encore MC Hammer.

D’autres formes de rap apparaissent : le rap rock, le trip-hop rap de Run-D.M.C, la naissance des Beastie Boys, premier groupe de rap blanc, qui combina intelligemment humour et contestation :

A écouter : leur premier album Licensed to Ill (1986)

Rock rap : des Ovnis hybrides apparurent au début des années 90 : Rage Against the Machine et Linkin Parc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *