Santé des os et des articulations : des plantes à connaître


Un duo gagnant, le bambou – Prêle

Le Bambou à la particularité de donner une exsudat riche en Silice. Le principe actif contenu dans cette « sève » très riche en Silice est appelé le Bamboosil.

Il apporte un confort au niveau du cartilage des articulations en opérant une reminéralisation globale de l’organisme, ce qui stimule la synthèse du collagène au niveau du tissu osseux et conjonctif.

Cette action est particulièrement intéressante pour consolider la charpente osseuse après une fracture, et en cure pour la pré-ménopause.
Le Bambou aidera aussi les ongles et les cheveux à retrouver force et vigueur.

La Prêle est riche en silice, flavonoïdes et minéraux, c’est un remède anti-fatigue efficace. Son action bénéfique aide à préserver le capital osseux et l’intégrité des cartilages. En favorisant la synthèse du collagène, elle participe à protéger les tendons des sportifs.

La prêle est également recommandée pour prévenir les caries dentaires, et la chute des cheveux. Il existe dans le commerce un duo appelé « Bambou-Prêle »qui est un excellent reminéralisant. Il est digeste et facilement assimilable. Ce duo s’adresse à toute personne qui désire obtenir un meilleur confort articulaire, protéger son capital osseux, dents, chevelure et ongles… C’est un complément alimentaire intéressant pour les sportifs, les enfants en pleine croissance, les femmes enceintes, les convalescents et les seniors.

Zoom sur ces deux substances

Bambou : une source de siliceBambou

Famille des Poacées.

Les bambous sont des plantes monocotylédones qui comptent de très nombreuses espèces. On les trouve en Amérique, en Asie, en Afrique et en Océanie, à l’exception de l’Europe et de l’Antarctique.

Le bambou possède de nombreuses propriétés thérapeutiques. Très riche en silice, il est traditionnellement utilisé en phytothérapie pour la santé des os, des articulations, des cartilages, des tendons et des muscles.

Prêle, la plante de la reminéralisation

Famille des équisétacées

La prêle est riche en minéraux. Elle est traditionnellement utilisée pour la beauté de la peau et la santé des cheveux.

Propriétés
La plante est employée en infusion pour ses propriétés diurétiques, dans le traitement des problèmes rénaux, des rhumatismes, contre le surpoids. Reminéralisante, elle sera recommandée en cas d’ostéoporose et fractures osseuses. Elle intervient également dans le traitement de la spasmophilie.Prêle

La Commission E allemande approuve son usage en cas d’œdème suite à un choc. Elle a par ailleurs des effet positifs en tant que draineur urinaire, dans le traitement des infections et inflammations des voies urinaires et enfin dans l’évacuation des petits calculs rénaux.

Nom(s) commun(s)
Herbe à récurer, queue de chat (de cheval, de rat ou de renard), prêle commune.

Nom botanique
Equisetum arvense.

Nom(s) anglais
Horsetail, cattail.

Utilisation
Les tiges et la plante entière

Principaux constituants connus
La plante séchée donne près de 14 % de cendres dont environ 6,40% de silice, 5,50% de carbonate de calcium. En moindre proportion : sulfate de potassium, chlorure de potassium, magnésie, phosphate de calcium, fer, manganèse. Tanin, un principe amer, une résine, des substances pectiques, des acides linoléique, oléique, stéarique, linolénique, équisetine et palustrine, un phytostérol, des hétérosides, des flavonoïdes, des saponosides.

 

Griffe du diable ou Harpagophytum

Famille des pédaliacées

Le nom griffe du diable est dû à l’aspect poilu et cartilagineux de son fruit. Son nom scientifique est harpagophytum.

Plante herbacée vivace, elle possède une racine principale lignifiée et des racines secondaires (ou tubercules) utilisés en phytothérapie, exclusivement à partir de plantes sauvages.

Originaire d’Afrique dans des zones semi-désertiques, on la trouve en particulier dans la région du Kalahari, en Namibie, à Madagascar, au Botswana et en République sud-africaine. Depuis des siècles, on utilise ses tubercules en décoction pour traiter certains troubles digestifs et rhumatismaux ainsi que l’arthrite.Harpagophytum

L’hapagophytum est riche en harpagosides qui ont des propriétés anti-inflammatoires permettant de combattre les douleurs liées aux rhumatismes. Des études scientifiques ont démontrées que c’était une plante exceptionnelle en la matière.

Propriétés
Ses racines secondaires tubéreuses sont très intéressantes en principes actifs. Elles sont utilisées en phytothérapie contre l’arthrose, les douleurs articulaires et rhumatismes bénins : tendinite, arthrose, sciatique.
La Commission E allemande approuve l’usage de la racine de la griffe du diable en cas de manque d’appétit, dyspepsie, pour le traitement des troubles dégénératifs du système locomoteur (squelette, muscles, articulations).
En 1996, l’ESCOP a reconnu son efficacité pour lutter contre les douleurs qui accompagnent l’arthrose et la tendinite.

Nom(s) anglais
Devil’s claw root

Partie(s) utilisée(s)
Les tubercules de la racine secondaire très riche en principes actifs.

Principaux constituants connus
Hétérosides, sucres, résine, traces d’essence, bêtasitostérols…

Précaution
L’harpagophytum est déconseillé aux femmes enceintes.

Chondroïtine + Glucosamine : la bonne combinaison

La principale fonction du sulfate de chondroïtine est de favoriser la reconstruction du cartilage articulaire. La chondroïtine est une substance fabriquée par notre organisme, elle est le constituant essentiel de nos articulations et elle a une action au niveau de la structure du cartilage. Elle est extraite de la chitine des crabes, crevettes, langoustes et homards. 

Substance naturelle, la glucosamine fait partie des traitements les plus puissants pour combattre les causes de la dégénérescence des articulations, notamment au niveau du cartilage articulaire.

La glucosamine n’est présente dans aucun aliment ou bien en quantités infimes. La glucosamine est une substance produite par l’organisme, son principal rôle est de participer à la synthèse des glycosaminoglycanes (GAG), des éléments qui participent à la structure des cartilages.

La glucosamine est obtenue à partir de la chitine, dérivée de la carapace des crabes, langoustes, homards et crevettes. On ne trouve pas de glucosamine dans les aliments.

 Antiarthrosique. Une déficience en glucosamine est considérée comme l’un des principaux facteurs de risque dans l’apparition de l’arthrose.

La glucosamine combinée à la chondroïtine est traditionnellement utilisés pour les problèmes liés aux articulations douloureuses, aux tendons et aux ligaments

Question : la glucosamine seule estelle utile pour nourrir les articulations ?

Réponse : il y a effectivement la glucosamine (coques de crustacés) mais les sources les plus efficaces d’après les naturopathes et les ostéopathes c’est le silicium Organique, l’Harpagophytum et la Chondroïtine, cependant il faut plusieurs facteurs pour que son action soit optimisée :

  • La glucosamine accompagnée d’une chondroïtine d’origine marine sera plus bénéfique, la meilleure est celle issue du cartilage de requin !
  • Il faut en prendre au moins durant 3 mois.
  • Il faut bien l’assimiler, pour cela je vous conseille de prendre en même temps le fameux silicium organique qui optimise dans le corps, l’assimilation des autres compléments alimentaires.

De plus le silicium organique (issu de l’Ortie riche en Silice=constructeur) est un excellent antiflammatoire ! Et c’est ce que vous cherchez il me semble…?

En traitement externe, je vous répondrais que le Gel Articulasil ( = gel de Silicium Organique + huiles essentielles + Glucosamine) est remarquablement antiflammatoire ( = anti-douleur), je crois que je n’ai jamais testée rien d’autre de plus efficace ! je vous le conseille de vive voix !

Zabou

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.