Cinéma américain et télévisions US


Le 7ème art : un incontournable de l’identité américaine

Une évidence saute aux yeux, c’est la contribution des États-Unis au 7e art. Tant au niveau du cinéma indépendant que des superproductions hollywoodiennes. On pense inévitablement aux majors telles que Warner Bros ou Universal qui font aujourd’hui partie de notre paysage culturel. Elles ont produit des films cultes, devenus quasiment l’objet de tous les fétichismes. Elles ont imprégné les inconscients collectifs à travers tous les continents.

Naissance du 7ème art

Dans les années 1900, le cinéma américain a connu des débuts modestes. On y projetait des vaudevilles sans grand intérêt, de ville en ville.
C’est durant la Première Guerre mondiale (1914-1918) que l’industrie cinématographique a fait de réels progrès. Elle a coïncidé avec les débuts Charlie Chaplin et du cinéaste W. Griffith qui mit en scène les actrices Lillian Gish et Mary Pickford. Films US

On peut également citer dans cette période, Douglas Fairbanks (1883-1939), Rudolph Valentino (1895-1926) et l’incomparable Buster Keaton (1895-1946).

Début du cinéma parlant

Si le cinéma resta muet durant plusieurs décennies, le son fera son apparition dans les années 20, symbolisé par compositeur de jazz, Al Jolson (1887- 1950).

Une technologie qui révolutionna le jeu d’acteur et fit naturellement un tri sélectif.
En effet, bon nombre d’acteurs arrêtèrent leur carrière à cause de problèmes d’élocution ou bien parce qu’ils avaient un accent trop prononcé.

Pour les autres, ceux qui avaient un semblant de talent, ils quittèrent Broadway, le passage obligé jusqu’alors pour faire carrière afin de rejoindre Hollywood, le nouvel eldorado du cinéma parlant. Des contrats plus juteux à la clé.

L’importance de la musique

L’année 1952 fut l’un des moments clés de la comédie musicale avec Chantons sous la pluie (Singin’ in the Rain), incarné par son acteur principal, Gene Kelly.
Le cinéma s’est ensuite singulièrement modernisé entre les deux Grandes Guerres avec l’apparition d’acteurs, devenus des figures incontournables de l’histoire du 7ème art : Bette Davis, Bing Crosby, Clark Gable, Cary Grant, Myrna Loy ou Mae West.

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Lorsqu’elle éclata, de nombreux acteurs partirent sur le front. Parmi eux : James Stewart ou Bob Hope. Une période qui donna naissance à de nombreux films sur ce conflit tels que Yankee Doodle Dandy sorti en 1942 avec James Cagney. Impossible de faire l’impasse sur deux monuments cinématographiques qui marquèrent la période :

  • Casablanca avec Humphrey Bogart et Ingrind Bergman.1942
  • Le chef d’œuvre d’Orson Welles : Citizen Kane. 1941

Acteurs américainsL’apparition de la télévision

Après-guerre, un phénomène a quelque peu altéré cette soif de cinéma du peuple américain : l’avènement de la télévision et du baby-boom qui s’en suivi. Les jeunes couples préférant rester avec leurs enfants à la maison plutôt que de sortir voir des spectacles.

Un autre facteur néfaste pour le cinéma américain fut la paranoïa anti-communiste de l’époque. Le public ne sachant plus exactement de quel côté se situaient les acteurs, les réalisateurs et les producteurs de films.

Questions sociales

À partir des années 50, un virage s’est amorcé avec un intérêt à l’écran pour les questions sociales et ses aspects négatifs, jusque-là occultés. Une sorte de psychanalyse, d’introspection en profondeur, non dénuée d’une certaine franchise, et même avec un certain cynisme. Dans cette veine, nous pouvons citer :

  • Un tramway nommé désir tiré de la pièce de Tennessee Williams, joué par Marlon Brando et Vivien Leigh.
  • La fureur de vivre (Rebel Without a Cause) avec James Dean. Un film qui traite de l’aliénation de la jeunesse issue des classes moyennes.

La guerre du Vietnam

Dans les années 70, le positionnement de la société américaine par rapport à ce conflit a été l’objet de nombreux films. Les plus marquants sont incontestablement The Deer Hunter avec Robert de Niro, Meryl Streep et Christopher Walken (1978) et Apocalypse Now avec Martin Sheen et Robert Duvall.

Les ressorts psychologiques en réaction à ce conflit ont amené la société américaine à se questionner. Trois films symbolisent parfaitement cet état d’esprit de l’époque :

  • Easy Rider de Dennis Hopper avec Peter Fonda et Jack Nicholson.
  • Midnight Cowboy, avec Dustin Hoffman et Jon Voight.
  • Taxi Driver, avec Robert De Niro et Jodie Foster.

Star Wars : l’univers sur grand écran

En 1977, un OVNI cinématographique a fait son apparition. Il marquera plusieurs générations de cinéphiles durant des décennies : la saga Star Wars de George Lucas. C’est un peu comme si le 7ème art, un peu trop égocentré et donc proche de l’asphyxie avait besoin d’explorer d’autres univers. Prendre le large vers le cosmos.

Dans la foulée sortiront E.T de Steven Spilberg en 1982 et Terminator avec le « monsieur muscle » du cinéma, Arnold Schwarzenegger. Un vent de fraîcheur venu des montagnes autrichiennes.

Si les films cités plus haut ont connu d’immenses succès auprès du grand public, nous ne pouvons pas faire l’impasse sur :

  • Stanley Kubrick : 2001, l’Odyssée de l’espace, Orange Mécanique, Shining, Full Metal Jacket.
  • Martin Scorsese : Taxi Driver , After Hours, Les Affranchis, Les Nerfs à vif (Cape Fear).
  • Spike Lee : Do the Right Thing (1989).

Cinéma américain

Genres cinématographiques

Si les États-Unis ont beaucoup produit, ils ont également mis en avant un genre cinématographique liés à leur propre histoire : le western.

Les films emblématiques :

  • My Darling Clementine, de John Huston avec Henry Fonda
  • Red River, 1948 de Howard Hawks avec John Wayne.
  • Unforgiven, 1992, réalisé par Clint Eastwood.

Comédie musicale

Elle fut à l’honneur à travers le duo de danse formé par Fred Astaire et Ginger Rogers.

Comédies musicales ayant eu un vif succès auprès du public :

  • Le Magicien d’Oz avec Judy Garland .
  • West Side Story en 1961.
  • Saturday Night Fever : le début de la carrière de John Travolta en tête d’affiche dans La fièvre du samedi soir.

Comédie burlesque

L’humour a été expérimenté sous toutes ses formes. Les acteurs incontournables du genre : Jerry Lewis et Whoopi Goldberg. Les pitreries des Marx Brother.  Mel Brook : Le shérif est en prison.

Film policier

Il est surtout apparu à partir des années 30. Une œuvre à voir absolument :Marilyn Monroe

  • L’Ennemi public (The Public Enemy) avec James Cagney

Le genre fut ensuite relancé avec Bonnie et Clyde, en 1967 et Le Parrain, en 1972.

Cinéma d’horreur

  • Dracula, avec Bela Lugosi
  • Frankenstein, avec Boris Karloff.

Le genre a même été tourné en dérision dans la comédie musicale The Rocky Horror Picture Show, sortie en salle en 1975.

Débats

Le cinéma américain donna lieu à des débats enflammés sur des questions sociales importantes :

  • La peine de mort : Dead Man Walking, 1995,
  • La corruption en politique : Les hommes du président, 1976,

Télévision US

Les États-Unis ont une superficie de 9 372 615 km2 pour une population d’environ 288 000 000 habitants avec une densité de 28 hab/km2.
Capitale : Washington : 3 950 000 habitants.
Principales villes : New York : 7 350 000 hab, Los Angeles : 3 500 000 hab, Chicago : 2 800 000 hab, Houston : 1 600 000 hab, Detroit : 1 100 000 hab.

NBC : chaine généraliste, une incontournable du paysage américain.
NASA TV : pour ceux qui aiment avoir la tête dans les étoiles ! NASA TV offre de nombreuses vidéos ainsi que des directs au plus proche des stations orbitales. Vous pourrez ainsi voir des cosmonautes en pleine action.
AVC : America’s Value Channel a été fondés avec un principe : proposer à son auditoire des objets en rapport avec l’histoire de l’Amérique : pièces de monnaie, antiquités, etc. Propose des ventes et des adjudications.
Chanel 125 : la télé de la gay pride US
STPETETV : TV de la ville de St Petersburg… en Floride. Pas le même climat.
CTN State : TV régionale du Connecticut. Propose un live stream.
City TV : chaine de la ville de Lincoln au Nebraska.
ABC GO : ici de la série made in USA à toutes les sauces. Nickel pour apprendre l’anglais.
AlterNet : AlterNet est un magazine d’actualités communautaire en ligne. Les domaines qu’il traite sont l’environnement, les droits de l’homme et les libertés civiles, la justice sociale, les médias, les questions de santé et bien davantage. Depuis sa création en 1998, AlterNet. Org a fournit gratuitement des contenus en ligne à des millions de lecteurs.
Animal Planet : une chaine dédiée à nos amis les bêtes.
Tripsmarter.com : donne accès à bon nombre de chaines qui traitent des plages et des rivages. Propose également des Webcams.
Blastro : chaine dédiée au Hip-hop !
HGTV : chaine des maisons et jardins. Déco à tous les étages !
GMU TV : chaine de l’université George Mason.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.